«

»

nov
04

Récital exceptionnel de Chant Lyrique

Il participe par la suite à de nombreux spectacles à Paris (Le Pont des Soupirs, mis en scène par Jean-Michel Ribes au Théâtre de Paris, Le Chevalier à la Rose au Théâtre du Châtelet, La Bohême à l’Opéra Comique) et récemment Crespel des Contes d’Hoffmann à Bercy, ou encore Don Parmenione de l’Occasione fà il ladro de Rossini, au théâtre des Champs-Elysées.

En province (Pagageno à Angers, Ping de Turandot à Tours, Sancho de Don Quichotte en Avignon, Angelotti de Tosca à Rouen, à l’opéra de Metz ou au Festival d’Antibes…).

Il chante sous la direction de chefs d’orchestre tels que A. Jordan, E. Inbal, M. Rostropovitch, Jean-Claude Casadessus, C. Diederich, M. Soustrot, J.C. Spinosi, A. Altinoglu, C. Scnitzler, J.C. Malgloire…

Sa carrière se poursuit à l’étranger où il se produit au Festival de Vienne (Wiener Festwochen), à Lausanne, festival de St Moritz, Liège, Milan ou à Barcelone.

Son répertoire s’étend également à la musique contemporaine. Il participe à diverses créations, au Festival d’Evian (Ah ces Russes ! de m. Tornapolsky), à Montpellier et à Marseille pour Goya de J. Prodromides, à Bordeaux pour une création de Jean-Paul Nogues, à Tours pour M. de Balzac fait son Théâtre d’Isabelle Aboulker mais aussi à Metz pour les créations de Jackie O (M Daugherty) et Cirano (M Tuttino).

Après Dulcamara de l’Elixir d’Amour à Metz et Taddeo de l’Italienne à Alger, d’autres rôles de basses bouffes se succèderont : La Cambiale di Matrimonio à l’Opéra de Lyon, puis à Rennes, Dijon et Massy (Mill), ainsi que Trombonok de Il Viaggio a Reims à St Moritz, Bartolo du Barbier, le gouverneur du Comte Ory, l’Occasione fà il ladro à Paris ou encore Un giorno di regno de Verdi.

 

En plus d’une activité essentiellement consacrée à la scène, Jacques Calatayud a toujours manifesté un grand intérêt pour l’oratorio (à Paris en l’église de la Madeleine ou St Eustache comme en province, à la halle aux grains de Toulouse ou aussi à Lausanne et en Espagne),  ainsi que pour la mélodie française ou espagnole en se produisant dans divers récitals. Il a d’ailleurs enregistré des mélodies de G. Ropartz avec le pianiste François Riu-Barotte.

En 2007-2008, il était à l’opéra de Lille dans Werther, puis dans la production de Quimper, Caen et Nanterre avec le Zaïde de Mozart et une création de Bernard Cavanna sous le même titre.

A Fribourg, Besançon, Dijon il interprétait Maître André dans Fortunio de Messager, puis Don Geronio à Bâle dans le Turco in Italia de Rossini, ou encore à Essen dans La chute de la maison Uscher de Debussy, sous la direction E. Inbal.

Puis, en 2009, après le De la petite renarde rusée de Janacek à l’Amphithéâtre de l’Opéra-Bastille, à Besançon et Lille, il était à nouveau Bartolo du Barbier de Rossini au festival de Saint Moritz et enfin à Marseille pour Géronte dans Manon Lescaut de Puccini.

En 2010, il sera à Liège pour Le pays du sourire de Franz Lehar et il donnera ensuite 2 récitals au studio de l’Opéra-Bastille, sera Don Bartolo des Noces de Figaro Suisse, le Dancaire de Carmen à l’opéra de Bordeaux, puis de retour à l’opéra de Liège pour Zuniga de Carmen ainsi que La Bohême.On le retrouvera en 2011 et 2012 à l’opéra de Marseille pour des concerts ainsi que pour l’opéra La Chartreuse de Parme d’Henry Sauguet puis à Liège pour Don Bartolo des Noces de Figaro et La Fille de Madame Angot, avant de reprendre le rôle du Garde Forestier dans La petite renarde rusée de Janacek à l’Amphithéâtre de l’Opéra-Bastille.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.


*

Switch to our mobile site